A suivre...

Historique depuis 2010 et cours saison 16 / 17 sur les marchés de gros

Voila la saison 2016 / 2017 achevée.

Il est venu le temps pour nous d'en faire le bilan mais aussi de se pencher sur les années précédentes.

Voila de quoi nourrir vos réflexions avec le tableau récapitulatif de 2016 / 2017

cours-truffe-15-16-16-17-20--1.pdf

... et aussi avec l'historique par saison et par lieu de production

historique-marches-1.pdf

Fin de saison et cours de la truffe

Les apports en truffes se réduisent, fin de saison oblige !

Vous trouverez les cours de la truffe semaine 10 dans les marchés de gros dans votre rubrique " Accès Adhérents "

Mot de passe auprès de vos responsables d'association Auvergne Rhone Alpes

Plus de 200 000 Visiteurs pour notre site !!!

Voila, c'est fait, nous passons les

200.000 visiteurs et plus de 400.000 pages vues.

 

Notre site Web est devenu un lien indispensable et il a prouvé son utilité.

Créé en 2011 par la FRAT avec l’aide de Philippe REBOAH, trufficulteur en Ardèche, que je remercie, avec ses 40 000 visiteurs dès  la première année et 63 000 en 2012/2013, le site était bien lancé.

Orgon, notre commentateur aiguisé, donnait alors des comptes rendus originaux parfois impertinent mais toujours chargés de justesse sur les marchés de gros du Sud-Est Richerenche, Carpentras … et il a largement contribué au succès du site.

 

Les saisons suivantes, l’accès aux cours des différents marchés de gros et de détail français est venu compléter les informations apportées par le site (accès membres).

Par la suite, malgré une activité atone au niveau de la FRAT, Roland MOUSSANET l'a maintenu actif.

Aujourd’hui encore, Roland participe à sa mise à jour, avec Sébastien BERTHET ; ensemble, ils œuvrent à son « relookage ».

Merci à tous les deux : votre investissement sans compter vos heures, est un réel et très précieux soutien.

 

Vous aussi, vous pouvez, nous aider à le faire vivre.

 

Il suffit de nous envoyer des infos sur la truffe, notre passion commune, et bien sûr,  sur l’actualité de vos syndicats.

Longue vie à notre site Web et à bientôt.

 

Didier ROCHE

Président de la FARAT

A découvrir sur notre site et ci-dessous

- Cours de la truffe semaine 10, c'est la fin de saison                                                                               14 / 03 /17

- Plus de 200 000 Visiteurs pour notre Site                                                                                                 05 / 03 / 17

- Rencontre Région / CRPF / FARAT                                                                                                            04 / 03 / 17

- Journal du Net N° 2 de JP Bataille                                                                                                             04 / 03 / 17

- Apports semaine 8 sur les marchés de gros                                                                                             01 / 03 / 17

               - Journal du Net N° 1 de JP Bataille                                                                                                 05 / 02 / 17

               - Syndicat des truffes noires du Tricastin                                                                                          23 / 01 / 17

               - Retenez votre 12 Février                                                                                                                 23 / 01 / 17

                - Des nouvelles de nos amis Suisses                                                                                               17 / 01 / 17         

                - Présentation du Syndicat Auvergnat : APPTRA                                                                           09 / 01 / 17

                                       - Les deux derniers comptes rendus du Net pour 2016 concoctés par JP Bataille     06 / 01 / 17

              - Hommage à Jean DEMERSON                                                                                                        06 / 01 / 17

                                       - Présentation de la trufficulture en Ardèche                                                               27 /12 /16

                                       - Evènements autour de la truffe en Ardèche Saison 2016 / 2017                              24 / 12 16

                                     - Le mot du nouveau Président de la FARAT                                                                  20 / 12 / 16

                                     - Présentation de la Fédération Auvergne Rhône Alpes des Trufficulteurs FARAT)        19 / 12 / 16

                                     - Charte des marchés de la FFT ( Fédération Française des Trufficulteurs)                    19 / 12 / 16

Rencontre Région / CRPF / FARAT

Rencontre entre

 

Le Conseil Régional Auvergne Rhône Alpes

Le Centre Régional de la Propriété Forestière( CRPF)

Et de la  Fédération Auvergne Rhône Alpes des Trufficulteurs ( FARAT)

Mardi 24 février 2017 a eu lieu à PRIVAS, une première rencontre entre la Région Auvergne Rhône alpes, le Centre Régional de la Propriété Forestière

et la fédération régionale des trufficulteurs Auvergne Rhône Alpes.

Img 0214 400

De droite à gauche :

M AMRANE, élu régional, Conseiller spécial en charge de la ruralité et de l’innovation dans les territoires.

M SABATIER, ingénieur au CRPF.

M ROCHE, président de la FARAT.

M DEGENEVE, technicien CRPF.

M BARRUEL, président des trufficulteurs de l’Ardèche.

M MONTANIER, étudiant et stagiaire au CRPF.

Cette rencontre a permis de présenter la filière truffe dans notre région.

Son potentiel de développement et son intérêt économique ont été reconnus.

Notre projet a suscité beaucoup d’intérêt et nous remercions M AMRANE de soutenir notre demande.

 

D ROCHE

Journal du Net de Février JP Bataille

Jean Paul Bataille nous livre le résultat de ses recherche sur le Net pour le mois de Février.

Disponible dans "Accès Adhérents"

Les cours semaine 8

Disponible dans " Accès Adhérents "les cours semaine 8 de la truffe sur les marchés de gros.

Code d'accès dispnible auprés de vos responsables d'associations Auvergne Rhone Alpes

N° 1 du Journal du Net de JP Bataille

Il est arrivé, le journal du Net de Janvier .... et de JP Bataille !!!

Consultez vite " Accès Adhérents"

Mot de passe disponible auprés de vos responsables d'association de Rhône Alpes Auvergne

Syndicat de la Truffe Noire Tricastin - Pays de Grignan Enclave des Papes Mise à jour des informations

Les informations sur le

Syndicat de la Truffe Noire Tricastin -

Pays de Grignan Enclave des Papes

Ont été remises à jour et une présentation vous est proposée dans "Drôme Tricastin"

 

Guide de la Truffe

guide-la-truffe.pdf

Des nouvelles de nos amis Suisses

Ci-dessous un article sur la truffe et sa culture en Suisse Romande.

article-truffe-agri.pdf

Présentation des trufficulteurs Auvergnats

Région Auvergne

 

L’association des planteurs et producteurs de truffes de la Région Auvergne a été créée en 1992 à l’initiative de Gérard CHEVALIER, ingénieur en chef chargé de la truffe à l’INRA.

Elle regroupe actuellement 35 adhérents sur une cinquantaine de plantations dans les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier, du Cantal et de la Haute-Loire. Les surfaces plantées en truffe de Bourgogne représentent 22ha.

En 2014, la quantité de tuber Uncinatum récoltée a été de 150kg, malheureusement les deux dernières saisons ont été catastrophiques à cause de la sécheresse sévère durant l’été.

Aujourd’hui les surfaces truffières connaissent une évolution positive, grâce à quelques passionnés et la production devrait augmenter si la météo reste clémente.

Auvergne

Les atouts et les faiblesses de la truffe en Auvergne :

_Il existe beaucoup de terrains adaptés à la trufficulture malheureusement peu d’agriculteurs plantent bien qu’ils possèdent le foncier.

_les professionnels de la restauration sont demandeurs et souhaitent faire la promotion de ce produit noble et local.

Faute de quantité suffisante, le marché de la truffe de Montpeyroux (63) a été annulé en 2015 et 2016.

Les acteurs locaux et les futurs planteurs sont demandeurs de conseils techniques et par exemple d’expérimentations en matière d’irrigation. La filière n’est pas suffisante pour apporter cet appui technique, faute de technicien et de plantation expérimentale.

Seulement deux trufficulteurs disposent de moyens d’irrigation et font des essais pour pérenniser leur production.

En 2010, une subvention via le conseil général a été obtenue pour soutenir l’effort de plantation.

Depuis aucune autre aide n'a été affectée à la trufficulture en Auvergne.

Le potentiel existe pour la trufficulture, et son développement passera par une structuration de la filière et des moyens pour la faire vivre.

Les premiers résultats de production significative et pérenne seront le moteur indispensable pour faire adhérer les agriculteurs en Auvergne.

Journaux du NET de JP Bataille

Exceptionnellement vous trouvrerez dans notre rubrique "Accès Adhérents" les deux derniers comptes rendus des articles trouvés sur le net pour nous par JP Bataille

Demandez votre code d'accès à vos représentants d'association du RhôneAlpes Auvergne

Hommage à Jean DEMERSON

Uzès : le monde du diamant noir perd un découvreur passionné

demerson.pdf

Jean demerson et son miscroscope 1261891 667x333

Jean Demerson s'est éteint à l'âge 89 ans, laissant le monde de la truffe orphelin de l'un de ses plus éminents spécialistes.

Diplômé de l'école supérieure physique et chimie industrielles de Paris, formé professionnellement à la recherche et à l'innovation, Jean Demerson  obtint un brevet de mycologue de la société lorraine de mycologie à Nancy, en 1984, avant de venir à Uzès, en 1989. Dans les environs de la maison des Micocouliers, qu'il habitait avec Monique, son épouse,  le seul champignon qu'il pouvait trouver était cette énigmatique truffe que ses voisins, la famille Tournayre, s'attachaient à débusquer dans des truffières naturelles. Jean s'attacha à peaufiner les statistiques peu connues à l'époque, il se rapprocha du syndicat des producteurs de truffes  où il ne trouva pas de réponses aux nombreuses questions qu'il se posait mais où il fut rapidement apprécié.

On ne savait pas encore comment ce champignon vit, se nourrit, se reproduit... Il se mit à chercher, à affronter l'obscurantisme du sol d’accueil, à cerner l'évolution de filaments microscopiques, à suivre les conditions atmosphériques. Et il publia en 1994 son premier article ''arbres truffiers célibataires'' où il engageait déjà une discussion sur le sexe des sporanges, la vie sexuelle des champignons, la multiplication végétative du mycélium, les incompatibilités sexuelles, les aléas de la production.

Jean Demerson ne s'attachait pas à établir une monographie de la truffe, mais à mener une recherche scientifique  lui permettant de proposer quelques hypothèses originales aux nombreuses questions que l'on se pose sur la vie clandestine du champignon Tuber melanosporum. Pour cela, il a dû souvent faire preuve d'imagination et de créativité. Il fit part avec Monique de cette recherche en 2015, dans un livre paru aux éditions de la Fénestrelle ''La truffe, la trufficulture de 1989 à 2015''.

Formé professionnellement à la recherche et à l'innovation, Jean Demerson  a eu une approche nouvelle des problèmes de la trufficulture. Conseiller scientifique auprès de la Fédération régionale des syndicats des trufficulteurs du Languedoc-Roussillon, il rêvait de connaître les mystères de la vie souterraine de la truffe. Pour ses nombreux travaux, il a reçu la médaille de la chambre d'agriculture du Gard en 1997 et est officier de l'Ordre du Mérite agricole depuis 2004. En 2006, il partageait avec son épouse la médaille de la Ville d'Uzès.

Présentation trufficulture en Ardèche

Présentation trufficulture en Ardèche

presentation-trufficulture-en-ardeche-janvier-2016-dossier-subvention.pdf

Janvier 2016

Etat des lieux

 

Présentation du syndicat

Créé le 12 Janvier 1973 à l'initiative d'un groupe de trufficulteurs passionnés, il œuvre sur toute la partie calcaire de l'Ardèche, il s'est donné pour missions:

  • _D'encourager le développement de la trufficulture par l'accroissement des surfaces plantées.
  • d'obtenir la reconnaissance de l'existence de la trufficulture en Ardèche et l'obtention d'un programme d'aides à la plantation auprès des pouvoirs publics.
  • D'apporter des appuis techniques aux candidats à la plantation par des diagnostics de sol, des conseils de gestion d'une truffière, des informations et des formations à caractère techniques et législatifs.
  • D'organiser des commandes groupées de plants mycorhizes contrôlés auprès de différents pépiniéristes.
  • De suivre en partenariat avec le CRPF une truffière expérimentale de 0,45ha implantée au domaine du Pradel.
  • De faire reconnaître la culture de la truffe en Ardèche comme une culture à part entière pouvant participer à la diversification des sources de revenu des agriculteurs et au développement de l'agrotourisme.
  •  

Le syndicat est adhérent à la fédération Régionale  Rhône Alpes qui elle-même est adhérente de la Fédération Française de Trufficulture. La Fédération Française participe à divers organismes qui œuvrent à l’ échelle Européenne.

Depuis quelques années le nombre d’adhérents progresse régulièrement : 36 en 2007, plus de 70 en 2014, 93 en 2015.

Evolution de la trufficulture Ardéchoise  dans le temps

 

Nous sommes les héritiers d'une longue tradition trufficole. Historiquement la région Rhône Alpes a toujours été une région productrice.

 

D'après Chatin

Années

Estimations de la production

 

1868

151 tonnes

 

1880

145 tonnes

Moyenne sur les années

1970

12,6 tonnes

 

1980

10 tonnes

 

2000

6,7 tonnes

 

L'Ardèche pour sa part commercialisait 25 tonnes en1868 et 30 tonnes en 1889 alors qu'en 2000 elle ne produisait plus qu’environ 1 tonne.

D'après Chatin à la fin du 19iè siècle il existait des marchés à Privas, Aubenas, Rochemaure, Bourg Saint Andéol, Largentière.

Plus tard un marché s'est créé à Ruoms  Suite au déclin de la production tous ces marchés ont disparu, le dernier fût celui de Ruoms jusqu'aux années 95-2000.

 

 

Les raisons de ce déclin sont multiples.

 

Toutes les truffes provenaient de la cueillette dans les bois .

L’exode rural a eu pour conséquence une fermeture du milieu ,due principalement à la disparition du pastoralisme ;parallèlement une augmentation incontrôlée de la population de sangliers a accentué le phénomène de destruction des truffières sauvages .Enfin l'évolution climatique que nous connaissons avec une baisse de la pluviométrie et une modification de sa répartition dans l'année  représentent autant de facteurs qui ont fait disparaître la truffe du milieu sauvage

Dans les années 90 à 2000 le conseil Général de l’Ardèche a subventionné la relance de la trufficulture en versant des aides à la plantation et à la remise en culture de surfaces agricoles abandonnées. Cette opération s’est déroulée sous le contrôle du syndicat, elle a eu pour effet une très nette augmentation des surfaces plantées avec des plants qui n’était pas malheureusement tous de bonne qualité. Puis le syndicat s’est mis en sommeil, les aides aussi.

Nous souhaitons redynamiser la filière truffe en Ardèche, c’est pourquoi nous souhaitons  faire un état des lieux des plantations existantes en Ardèche pour pouvoir ensuite la développer car nous sommes persuadé qu’elle est porteuse d’un  potentiel économique pour l’Ardèche.

 

Les acteurs de la filière

Aujourd’hui les producteurs  sont : des retraités de tous horizons y compris de l’agriculture, quelques investisseurs, des actifs passionnés de la truffe et quelques  agriculteurs.

La commercialisation  se fait soit en vente directe soit par l’intermédiaire de marchés de gros comme ceux  de Richerenche ou d’Uzès qui ne sont malheureusement pas en Ardèche.

C’est la raison pour laquelle depuis 2011 nous avons souhaité faire revivre le marché de gros de Ruoms et quelques marchés de détail avec le soutien très actif de la municipalité de Ruoms.

Il n’existe plus de conserveur en Ardèche, le dernier ayant cessé son activité il y a quelques années.

 

Atouts et faiblesses de la filière trufficole en général et  ardéchoise en particulier

Les atouts

 

La demande mondiale est supérieure à la production actuelle et la truffe est une produit qui a une image de produit naturel très lié à la gastronomie française.

Depuis quelques années la recherche fondamentale et la recherche appliquée ont permis de mieux commencer à comprendre le cycle de la truffe, quels sont les conditions de sa formation ; de son développement, comment elle se nourrit.

Le  gènome de quelques truffes a été établi et de nouvelles recherches sont en cours par exemple pour établir le lien qui peut exister entre terroir et arômes.

Des agriculteurs passionnés travaillent à la mise en place de méthodes culturales nouvelles, en partenariat avec de organismes de recherche, pour raccourcir la durée entre plantation des arbres et mise en production de truffes tant en France que dans d’autres pays européens, Italie et Espagne principalement.

Des pépiniéristes se sont spécialisé dans la production de plants mycorhisé qui sont contrôlés par l’INRA ou le CTIFL ce qui apporte au planteur plus de fiabilité dans la qualité de la mycorhisation  de ses plants.

Grâce à l’organisation pyramidale de la profession le troisième protocole entre la Fédération Française et le Ministère de l’Agriculture a pu être signé.

Nous disposons d'un terroir favorable à la truffe sur tout le sud du département et le long de la vallée du Rhône.

En Ardèche la trufficulture ne sera pas en concurrence avec d’autres cultures mais au contraire elle va permettre une reconquête d’espaces qui ont été délaissés par les autres cultures qui demandent une mécanisation très importante. Elle permettra ainsi l’apport de nouveaux revenus aux agriculteurs et à toutes personnes qui participera à la reconquête des parcelles aujourd’hui délaissées.

Cette culture ne nécessite que très peu d’eau car il faut faire des apports localisés, peu nombreux, à des périodes bien définies qui sont là pour permettre au champignon de se développer mais pas à l’arbre de grandir.

L’Ardèche possède un potentiel touristique de premier plan, sous l’impulsion du Conseil Général le département s’est doté de structures nouvelles: musée de la préhistoire à Orgnac, musée archéologique d’Alba, Espace de restitution de la grotte Chauvet, réserve des gorges de l’Ardèche il faut les faire vivre…

Les structures d’accueil pour les visiteurs de l’Ardèche  sont saturées en été mais vides en hiver donc elles représentent autant de places disponibles pour permettre de recevoir de nouveaux visiteurs de notre département en période hivernale. Pour cela il faut créer des circuits découverts comprenant visites de sites remarquables, étapes savoureuses, expériences sur le terrain rencontres avec les hommes qui animent ce département.

La trufficulture peut jouer un grand rôle dans la construction de ces circuits et ainsi contribuer à développer l’économie de notre département.

 

Les faiblesses actuelles.

Les surfaces  plantées sont insuffisantes, la formation des trufficulteurs actuels et celle des futurs planteurs sont insuffisantes, la diffusion des progrès de la recherche reste encore confidentielle.

Le nombre de nos restaurateurs qui  exploitent les possibilités offertes par la cuisine autour  des différentes truffes : truffes d’hiver mais aussi truffes d’été doit pouvoir augmenter.

Peu d’évènements sont organisés   autour de la truffe en Ardèche ce qui fait dire souvent : « ha bon il y a des truffes en Ardèche ? »

Les liens entre tourisme et truffes restent à construire.

 

Evolutions souhaitées par le Syndicat

Nous souhaitons développer la trufficulture en Ardèche en s’appuyant sur les atouts pour atténuer progressivement  les faiblesses.

Pour ce faire il est nécessaire de professionnaliser la trufficulture sans la dénaturer c’est-à-dire en s’appuyant sur la passion qui anime les trufficulteurs actuels qui doivent rester les animateurs de cette évolution.

 La culture de la truffe doit devenir une activité agricole à part entière, elle doit se rapprocher du monde agricole, pour être reconnue.

Le syndicat doit pouvoir offrir aux trufficulteurs actuels les formations, stages, visites. Leur permettant d’être informés des nouvelles techniques culturales, de l’évolution de la recherche.

Il doit servir d’interface entre la recherche et les trufficulteurs, entre les différentes administrations et les trufficulteurs, cela suppose des moyens de communication et une structure  adaptés.

Il faut pouvoir former les futurs agriculteurs à cette culture et donc  tisser des liens avec les organismes de formation agricole.

La truffe étant un produit noble, fragile  et cher, les futurs restaurateurs doivent être initiés à l’art de sa préparation d’où un partenariat nécessaire  avec les organismes de formation de la profession hôtelière.  Ce travail doit se faire en partenariat avec les restaurateurs actuels.

 La trufficulture  doit sortir de sa marginalisation et  peu à peu se défaire de son voile de secrets.

Cela suppose la mise en place d’un statut du trufficulteur et une harmonisation de la fiscalité à l’échelle de la France le tout  négociés par la Fédération Française des trufficulteurs et les pouvoirs publics.

En Ardèche compte tenu des réalités du terroir qui a un potentiel pour  la truffe et du développement actuel  de la trufficulture dans d’autres régions de France et d’autres pays européens il faut que la trufficulture ardéchoise utilise tous ses atouts.

Elle doit devenir un des acteurs des mises en place du nouveau développement touristique en Ardèche.

Nous devons également réfléchir avec nos  partenaires à la meilleure façon de permettre aux consommateurs de reconnaitre les spécificités de la truffe ardéchoise.

Événements autour de la truffe en Ardèche

 

Evenements truffiers en Ardèche:

Saison 2016 / 2017

evenements-autour-de-la-truffe-en-ardeche-pour-la-saison-2016-2017.pdf

Prochain rendez-vous :

Dimanche 15 Janvier 2017 après-midi, à partir de 14h: marché de détail à Ruoms, avenue de la gare devant le café Arnaud,

avec vente directe par les producteurs ( contrôle qualité des truffes par le syndicat)